Gilles Kepel: « Holocaustes » (au pluriel)

Gilles Kepel[1] vient de publier Holocaustes, aux éditions La Découverte, livre écrit après le 7 octobre 2023, dans l’urgence de la guerre. C’est un livre foisonnant (peut-être un peu trop !) dont j’essaie ici d’indiquer les points de vue principaux.

Carte de Gaza avant le conflit actuel.

Holocaustes, le titre reflète l’intention de l’auteur. Il fait référence au pogrom extrêmement cruel perpétré par le Hamas et ses acolytes le 7 octobre 2023 en Israël, aux abords de Gaza, et à ce que Gilles Kepel nomme l’hécatombe de Gaza, qui s’en est suivie, avec ses milliers de morts et de blessés. Pour l’auteur, et cela me semble l’axe principal de son livre, il y a dans ces deux actions, des deux côtés, un fort soubassement religieux qu’il souligne tout au long du livre. Continuer la lecture

Publié dans Israël-Palestine, Littérature | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Quelle co-existence entre Israéliens et Palestiniens ?

Retour sur les idées que des intellectuels ou des mouvements juifs ont débattues pour prendre en compte les populations autochtones et fonder en Palestine un Etat qui se voulait « juif et démocratique ».

L’historien Shlomo Sand, longtemps partisan de la solution « deux peuples, deux Etats » ne croit plus qu’il soit possible de construire un véritable Etat palestinien viable à côté de l’Etat d’Israël ; l’expansion continuelle des colonies en terres palestiniennes a rendu illusoire ce projet politique.  Son dernier livre, « Deux peuples pour un Etat ? » suit l’histoire du sionisme et de la construction de l’Etat d’Israël au travers de ses relations avec les populations arabes, et examine, au fil du temps, les différents projets visant à la fois l’égalité de tous les citoyens et le respect des identités nationales. Il montre que, dès le début du sionisme, les penseurs des courants pacifistes avaient rejeté l’idée d’un Etat juif exclusif sur une terre habitée majoritairement par des populations arabes. Ces élités juives, souvent socialistes, lucides sur les difficultés du projet sioniste, ont cherché d’autres voies..

Un seul Etat pour deux peuples ?    Continuer la lecture

Publié dans histoire, Israël-Palestine | Laisser un commentaire

Spoliation et « aryanisation » des biens juifs sous Vichy : restitutions et réparations dans l’après-guerre (1)

Retour de Juifs déportés à l’hôtel Lutétia à Paris 1945

 De juin 1944 à janvier 1947, début de la IVè République, des gouvernements provisoires se succèdent dirigés par Charles de Gaulle, Félix Gouin, Georges Bidault et Léon Blum. Il faut fermer « la parenthèse de Vichy » et reconstruire un consensus national fondé sur une mémoire héroïque faisant la part belle aux Résistants français, gaullistes et communistes. La spécificité de la déportation des Juifs et des actes antisémites qui l’ont accompagnée est passée sous silence et les Juifs eux-mêmes, surtout les étrangers, dans cette atmosphère de déni, tentent de revivre et se montrent très peu revendicatifs pour récupérer leurs biens. Pour les survivants comme pour les historiens, l’humain prime et les dépossessions passent au second plan. Si ce n’est quelques rares travaux  intellectuels* entre 1945 et le début des années 1960, aucun discours officiel ne rend publics les dommages matériels subis. Il faut attendre mars 1997, suite au discours de Jacques Chirac au Vel d’Hiv en juillet 1995, pour que le premier ministre Alain Juppé lance une mission d’étude, la commission Mattéoli*, sur la spoliation des Juifs de France, travail poursuivi à partir de  1997 sous Lionel Jospin. La  CIVS* (ou commission Drai), installée en 1999, est chargée d’éclairer les familles requérantes, de leur apporter une réponse financière après avoir vérifié le montant des indemnisations versées juste après la guerre et de restituer les objets d’art éventuels récemment retrouvés. Continuer la lecture

Publié dans antisémitisme-racismes | Marqué avec , , | 2 commentaires

Standing Together

Lorsque nous avons créé notre blog Maclarema en novembre 2013 (dix ans déjà!), nous avons réalisé des pages pour lister et documenter ce que nous avions alors appelé :
les « forces de paix » en Israël.

Depuis, la paix souhaitée n’a toujours pas eu lieu et nous sommes, au contraire, à notre grand désespoir, en pleine guerre, avec une colonisation qui s’intensifie en Cisjordanie. Ce n’est pas une situation facile pour les associations de gauche israéliennes, prônant la paix. Depuis 2013, certaines des associations que nous avions référencées n’ont pas survécu, mais de nouvelles ont été créées et essaient de se faire entendre.

C’est notamment le cas de Standing Together, créée en 2015, réunissant des citoyens israéliens, de nationalités juive et arabe, ce qui n’est pas si courant. L’association affiche les objectifs généraux suivants :

« Lutter pour la paix et l’indépendance pour les Israéliens et les Palestiniens, la pleine égalité pour tous les citoyens et une véritable justice sociale, économique et environnementale ». Continuer la lecture

Publié dans Israël-Palestine | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Représenter l’irreprésentable? Réflexion à partir du film « La zone d’intérêt » de Jonathan Glazer

Grand prix du jury du dernier festival de Cannes (2023) ce film n’en finit pas de faire parler, d’autant plus qu’il rencontre, semble-t-il, un grand succès public depuis sa sortie. Et de remettre en exergue la problématique soulevée par Claude Lanzmann* qui, au moment de la sortie de la Liste de Schindler de Steven Spielberg, déclare dans un article du journal Le Monde du 3 mars 1994 : « Un certain absolu de l’horreur est intransmissible. Prétendre le faire avec la fiction, c’est se rendre coupable de la plus grande transgression. Pour témoigner il faut inventer une forme nouvelle. Spielberg a choisi de reconstruire, c’est-à-dire de fabriquer des archives ». Et de rajouter plus tard qu’il ne veut surtout pas expliquer l’Holocauste,- « il y a une obscénité du projet de comprendre »- , dit-il, mais juste montrer sans rien prouver, « on ne discute pas avec les négationnistes ». (Le Monde, 12 juin 1997).

Image du film

Dans ce débat le film de Jonathan Glazer, présenté comme une fiction collant au plus près
à la réalité historique, inspirée très vaguement du livre éponyme de Martin Amis*, est-il coupable de transgression? L’oeuvre sert-elle le projet : montrer l’horreur, en creux, du côté nazi (ici dans la maison familiale de Rudolf Höss*, constructeur et chef du camp d’Auschwitz entre 1940 et 1944) ou au contraire profite-t-elle de ce sujet hautement sensible pour mettre en valeur une sorte de « kitsch de l’horreur », quitte à trahir son sujet? Continuer la lecture

Publié dans antisémitisme-racismes, histoire | Marqué avec , | 3 commentaires

Un livre/une mise en scène : les Emigrants de W.G.Sebald (1992)/Kristian Lupa (actuellement)

Au théâtre de l’Odéon (Paris), jusqu’au 4 février, se joue Les Emigrants, adapté du roman de l’auteur allemand Sebald*, né en 1944 dans une mise en scène du Polonais Kristian Lupa*. Cette oeuvre présente quatre récits d’un narrateur/auteur qui, sous la forme d’une enquête à la fois documentaire et fictionnelle, tente de cerner des moments de vie de quatre personnes/personnages juifs ou liés à des juifs, entre 1900 et les années 1980. Ces quatre hommes autour desquels gravitent des oncles et des tantes de l’auteur ou des amis, ont été contraints de s’exiler, ce qui les a menés au désespoir et au suicide. A noter que Sebald lui-même s’est exilé d’Allemagne en Angleterre.
Lupa choisit de présenter deux des quatre personnages, l’instituteur de Sebald, Paul Bereyter et son grand-oncle Ambros Adelwarth. Continuer la lecture

Publié dans Littérature | Marqué avec , , | 2 commentaires

le 21 janvier, marche contre la promulgation de la loi immigration

Un appel de 201 personnalités a été lancé pour une grande marche le 21 janvier contre la promulgation de la nouvelle loi
« immigration, intégration, asile ».
Nous soutenons cet appel et comptons nous joindre à cette marche.

Cette nième loi immigration, la 29ème depuis 1980, a été votée en décembre avec les voix de l’extrême droite. Certains de ses articles sont en cours d’examen par le Conseil constitutionnel.

Avant de se pencher sur la loi elle-même, remarquons qu’elle a été d’emblée présentée comme devant régler le problème des étrangers « trop nombreux en France », apportant de l’insécurité, de la délinquance…, créant un climat hostile et xénophobe.

  • La loi est pratiquement expurgée de la partie régularisation des travailleurs sans papiers dans les métiers « en tension » : restauration, nettoyage, aide à la personne…, qui avait été envisagée et qui s’avère indispensable. La régularisation reste « à titre exceptionnel », donc soumise au bon vouloir des Préfets. Le seul côté positif est que cette régularisation n’a plus à être demandée par l’employeur.
  • La loi rogne sur des droits sociaux (APL et prestations familiales) pour les étrangers non ressortissants de l’Union européenne, en situation régulière, hors certaines catégories. L’égalité entre étranger et français avait toujours eu lieu (hors période de guerre)  dès lors que l’étranger avait des papiers de séjour régulier en France. Beaucoup ont noté que c’était ouvrir la porte à la préférence nationale chère aux partis d’extrême droite que restent le rassemblement national et reconquête.
  • La loi durcit les conditions de regroupement familial,
  • Elle remet en cause le droit du sol en en supprimant l’automaticité,
  • Elle rétablit le délit de séjour irrégulier,
  • Elle durcit les conditions de délivrance d’un titre de séjour pour les conjoints de Français et les parents d’enfants français,
  • Elle exclut les sans-papiers de l’hébergement d’urgence,
  • Elle durcit les conditions d’accueil des étudiants étrangers et leur installation ultérieure en France,
  • Pour l’asile, elle remplace une décision collégiale avec un représentant du HCR (Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies) par la décision d’un juge unique,
    Enfin,
  • la loi renforce les possibilités d’éloignement de l’étranger, ce qui peut être vu davantage comme de l’affichage que comme une vraie mesure tant l’éloignement dépend de nombreux facteurs, dont l’acceptation de l’étranger par le pays d’origine.

Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Marqué avec | Laisser un commentaire

SHTTL film d’Ady Walter (2023)

SHTTL (pour shtetl bourgade juive du Yidddishland*, voir article) dont le titre sans « e »

Affiche française du film

se réfère au roman de Georges Pérec La Disparition*, raconte le dernier jour d’une bourgade juive d’Ukraine occidentale, à la frontière polonaise, le 21 juin 1941, veille de « l’opération Barbarossa* ». Le cinéaste a reconstitué non loin de Kiev un shtetl fictif inspiré de la ville ukrainienne de Sokal dans lequel les protagonistes parlent le yiddish.
L’argument en est simple et s’apparente aux contes . Mendele est parti depuis deux ans de son village pour Kiev, par amour du cinéma et admiration du réalisateur soviétique Marc Donskoï*. Il est devenu cinéaste de l’Armée rouge. Il vient, accompagné de son ami ukrainien Denyan, enlever la jeune femme qu’il aime, Yuna, le jour de ses fiançailles arrangées avec un autre homme, Folye, boucher grossier destiné à devenir rabbin. C’est l’occasion pour lui de se confronter à son propre père, homme austère et alcoolique, avec lequel il veut renouer, de visiter la tombe de sa mère très aimée qui s’est suicidée quand il était enfant, de parler religion avec le rabbin qui l’a instruit, de revoir ses amis desquels il se sent éloigné. La présence de Mendele agit comme un catalyseur, les tensions qui parcourent le lieu se ravivent.  Le soir, Mendele et Denyan parviennent à exfiltrer Yuna et se réfugient dans la forêt, d’où ils partiront pour Kiev. Mais le 22 juin la Wehrmacht envahit l’Ukraine… Continuer la lecture

Publié dans antisémitisme-racismes, culture, histoire | Marqué avec , , | Un commentaire

Appel d’organisations israéliennes au Président Biden : Stoppez la catastrophe humanitaire

Des organisations israéliennes de défense des droits humains et de la société civile, comme B’Tselem, Breaking the Silence, Rabbis for Human Rights, Hamoked, Yesh Din, ont envoyé mardi 12 décembre 2023 une lettre au président américain Biden, lui demandant d’user de son influence pour modifier la politique israélienne et prévenir l’aggravation de la catastrophe humanitaire dans la bande de Gaza. Cette lettre a été également publiée dans le New York Times.

Nous voulions relayer ces voix qui tentent de faire entendre une vision plus humaine dans ce moment de guerre intense. D’autant que nous nous étions efforcées, dès le début de notre blog, de répertorier et présenter ces différents mouvements dans la page « Forces de paix » (une actualisation serait nécessaire!).
Voici le lien vers le texte en anglais et ci-dessous le texte traduit en français (traduction Google)

Cher Président Biden,

La guerre dans la bande de Gaza dure depuis plus de neuf semaines, depuis que le Hamas a mené son attaque horrible et criminelle contre des civils israéliens, qui a tué plus de 1 200 personnes et en a kidnappé environ 250 à Gaza – parmi lesquels des civils israéliens et des ressortissants étrangers et des enfants. Immédiatement après l’attaque, et dans un discours que vous avez ensuite prononcé en Israël, vous avez clairement indiqué qu’Israël avait le droit de se défendre, tout en soulignant qu’il ne devait le faire que conformément aux dispositions du droit international, et en particulier aux règles de la guerre. Continuer la lecture

Publié dans Israël-Palestine | Marqué avec , , | Un commentaire

L’affiche rouge

Aragon l’a écrit, Léo Ferré l’a mis en musique, nous l’avons chanté… L’affiche rouge… Impossible de lire le poème, publié en 1956 dans le recueil Le roman inachevé, sans le fredonner…

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant

Les 22 hommes du groupe, dont Marcel Rayman, Missak Manouchian, Thomas Elek …, furent fusillés au fort du Mont valérien le 21 février 1944. Olga Bancic, la seule femme du groupe, fut décapitée à Stuttgart le 10 mai 1944 (1). Ils avaient entre 17 et 44 ans. Dix de ces hommes étaient français. Continuer la lecture

Publié dans antisémitisme-racismes, histoire, Non classé | Marqué avec , , | Un commentaire