BILLET D’HUMEUR

En France, depuis 2012, les attentats provoqués par des groupes islamistes radicaux ont visé et tué des militaires, des Juifs dont des enfants, les journalistes et dessinateurs de Charlie Hebdo, plusieurs policiers, près de 150 personnes en tout, femmes et hommes, dans des cafés parisiens ou au Bataclan pour écouter de la musique, plus de 80 personnes réunies pour fêter le 14 juillet à Nice, un prêtre… sans parler des nombreux blessés…

Il y avait eu auparavant l’horrible meurtre à petit feu d’Ilan Halimi, dont on a tant tardé à reconnaître le caractère antisémite.

Face à cela, des associations, des organisations, si elles évoquent rapidement les « horreurs des attentats », insistent bien davantage sur la victimisation des musulmans de France et plus largement des « racialisés » ou « racisés » qui seraient dominés par les « blancs », visent un racisme d’Etat, ne considèrent la société que selon les « races » : les Blancs, les Juifs et nous, tel est le titre du dernier ouvrage d’Houria Bouteldja, porte-parole du PIR « parti des indigènes de la République ». Tout un programme !

Ces associations, ont-elles vraiment comme objectif de lutter pour un monde ouvert sans racisme ni discrimination ou, bien au contraire, de pousser les gens à se calfeutrer dans une identité partielle, et de là, très dangereusement, à s’opposer les uns aux autres ? De mon point de vue, elles justifient les attentats et toutes les tensions actuelles.

Quand des associations traitent d’islamophobe la loi qui interdit d’empaqueter les femmes dans une Burqa, quand elles couvrent les gérants de café qui interdisent leur café aux femmes, on ne peut que s’inquiéter. Mais, pour Houria Bouteldja, « le féminisme fait partie des phénomènes européens exportés »… « Ce sont les effets du patriarcat blanc et raciste qui exacerbent les rapports de genre en milieu indigène. ». Quant aux Juifs : « Vous les Juifs […] je vous reconnaîtrais entre mille, votre zèle est trahison. » le Juif ne peut être que traître !

Malheureusement des associations antiracistes les confortent. C’est ainsi que la Ligue des droits de l’Homme a participé au meeting du 18 décembre 2016 à la Bourse du travail de Saint-Denis (93) autour de « l’islamophobie et la xénophobie à l’heure de la présidentielle ». Participation discrète certes puisque la LDH n’a pas signé le texte d’appel mais présence et intervention de son Président d’Honneur Pierre Tartakowsky.

Faut-il ainsi donner des gages à des associations qui catégorisent les gens et relativisent l’universalisme des droits humains ?

Références:

Voir critique du livre d’Houria Bouteldja « Les Blancs, les Juifs et nous« , par Ivan Segre
Voir aussi l’article de Serge Halimi dans Le Monde Diplomatique d’août 2016

Les interventions à ce meeting sont en ligne sur youtube

 

 

Ce contenu a été publié dans antisémitisme-racismes, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à BILLET D’HUMEUR

  1. frandon dit :

    Parler aujourd’hui de l’abandon par les dirigeants politiques des pays européens et des États-Unis du « Petit Blanc », entendons de l’homme blanc appartenant aux classes populaires, relève aussi d’une position raciste. Pourquoi faire une distinction entre les Français selon leur couleur de peau, leur religion et le pays d’origine de leur famille? Quel sens donner à cette mise en valeur du « Petit Blanc »? En laissant dire et répéter que le vote populiste trouverait là une légitimité, on participe de ce racisme dans la mesure où on sous-entend une distinction parmi les Français entre les « Blancs » et ceux qui ne le sont pas. Mettre donc en valeur la détresse qui serait justifiée de ces hommes et femmes qui, en vertu de leur plus longue appartenance nationale, auraient des droits et des avantages que d’autres ne pourraient revendiquer, est une idée à combattre. Il faut s’inscrire en faux contre ce nouveau stéréotype, trop vite accepté et utilisé comme un levier de campagne pour ceux qui appuient leur pouvoir sur les divisions au sein du peuple.

    • Reine dit :

      Les liens entre l’article et la notion de « petit blanc »telle que véhiculée dans les campagnes électorales actuelles, par exemple de Donald Trump ou de Marine Le Pen pour ne citer qu’eux, sont judicieux. De quoi alimenter malheureusement les analogies, sur certains sujets, entre des groupes populistes et/ou d’extrême droite et des groupes se disant pourtant antiracistes et se voulant révolutionnaires d’extrême gauche.

  2. Pascal Levoyer dit :

    Un billet tout à fait salutaire, dont je partage totalement l’humeur !
    La notion d’islamophobie n’est de toute façon pas bien fondée. C’est une invention de l’Organisation de la Conférence Islamique qui veut en réalité imposer un délit de blasphème.
    Il n’y a bien entendu pas de confusion possible avec le racisme anti-arabes qui doit être combattu sans concession. Il faut qu’une partie de la gauche française soit désormais bien désœuvrée pour s’interdire de critiquer l’Islam politique et tous les bigots réactionnaires de n’importe quelle religion.
    D’une façon générale, je recommande également la lecture d’Ivan Segré qui témoigne que l’on peut être un talmudiste, un philosophe rigoureux… et un militant révolutionnaire.
    Enfin, et pour une fois, un article assez solide de Lutte Ouvrière qui dénonce aussi Le piège de la « lutte contre l’islamophobie ».
    https://mensuel.lutte-ouvriere.org/2017/01/22/le-piege-de-la-lutte-contre-lislamophobie_75202.html

  3. Reine dit :

    J’approuve entièrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *