Dans un jardin je suis entré

Rédigé par Marianne. dans_un_jardin.jpg

Dans un jardin je suis entré
(film d’Avi Mograbi)

Deux amis, tous deux israéliens, l’un Juif, mais dont la famille vient de pays arabes (Syrie, Liban) ; l’autre, Arabe palestinien, né sur des terres maintenant israéliennes et confisquées, comme réfugié dans son propre pays.
L’un parle arabe et hébreu, l’autre hébreu mais apprend l’arabe avec son ami. Tous deux habitent Tel Aviv.

Rêves

Des vies entrelacées, comme il est dit un moment dans le film. Ils parlent, ils se parlent, et c’est déjà beaucoup, de leur histoire familiale et personnelle, bousculée par l’Histoire, en hébreu, en arabe. Tous deux rêvent d’un pays qui accepterait à égalité l’un et l’autre, le juif, l’arabe, l’arabe juif, la langue hébraïque, la langue arabe. Et nous rêvons avec eux…
Pour Avi Mograbi : le film n’est pas contre qui que ce soit : c’est un film avec. C’est un dialogue amical, fécond, plein de compréhension mutuelle. Tout le film a été conçu autour de cette idée de partage et de travail en commun.

  • Dans un jardin je suis entré, film d’Avi Mograbi.
Ce contenu a été publié dans culture, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *