L’Occupation israélienne

Rédigé par Marianne et Reine

Une fois encore les tentatives de négociation entre Israéliens et Palestiniens ont échoué. L’occupation par Israël des Territoires palestiniens continue et s’est même intensifiée ces derniers temps avec, notamment, l’extension des colonies.Le mur de séparation.  Maale Adumim, Jérusalem Est.

Nous avons voulu essayer de comprendre, à la place qui est la nôtre, ce que cette occupation implique concrètement pour les populations de Cisjordanie et de Jérusalem-Est, laissant volontairement de côté dans un premier temps la situation complexe de Gaza.

Pour mener à bien ce travail, nous avons consulté le rapport de l’Assemblée générale de l’Unesco de 2012, le rapport d’Amnesty International de 2013; nous avons également visité de nombreux sites référencés sur notre portail « Forces de paix ».

Comme toutes les autres occupations, celle-ci s’immisce frontalement ou insidieusement dans tous les aspects de la vie des Palestiniens: limitations de circulation, problèmes liés aux maisons et aux terres agricoles, accès à l’eau, violences à divers degrés, atteintes sévères aux droits de l’homme.
Nous aborderons chacun de ces points au fil des billets publiés au cours des prochains jours. Nous voulons apporter un éclairage sur la situation actuelle, sans prétendre toutefois en donner une vision complète.

Nous n’oublions pas que les Israéliens ont eu leur part de douleur, notamment lors de la grande série d’attentats terroristes meurtriers, entre 1990 et 2000, et que ces faits peuvent expliquer en partie la construction de la barrière de sécurité (ou du mur de séparation selon les points de vue). L’occupation, si elle est lourde à porter pour les Palestiniens, l’est aussi pour les Israéliens sur un plan économique (coût de la sécurité et campagnes de boycott international), sur un plan politique (risque à moyen et long terme d’isolement), enfin sur un plan moral (des voix israéliennes s’élèvent contre l’Occupation, même si elles sont minoritaires, et appellent les Israéliens à moins de cécité).

Nous nous associons à cet ancien des services secrets israéliens qui témoigne sur le site des Combattants pour la paix:
« On ne peut pas régir une autre nation pendant une longue période de temps; une occupation ne peut pas être humanitaire. On ne peut pas être le diable pour d’autres sans laisser ce diable pénétrer nos propres vies. Nous avons besoin de nous libérer de l’occupation peut-être plus que les palestiniens eux-mêmes. Nous ne pouvons pas être « la seule démocratie éclairée au Moyen Orient », quand des gens d’un village qui est à seulement dix minutes de là où j’habite sont privés des droits humains minimaux par mon propre pays, juste à cause de leur origine. » (traduit par Maclarema)

Ce contenu a été publié dans Israël-Palestine, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *