Paroles et actes antisémites en France (2012-2014) : une augmentation inquiétante. Addendum 9 janvier 2015

Rédigé par Reine

Depuis 2000 la France connaît un regain de paroles et d’actes antisémites avec une augmentation inquiétante des violences depuis les évènements de Toulouse en 2012. Ce climat hostile s’amplifie avec la crise économique, les craintes suscitées par la globalisation et la montée des puissances émergentes, la libération de la parole haineuse anonyme sur le web, la montée en puissance d’organisations d’extrême-droite, l’instabilité politique mondiale (en particulier depuis » les printemps arabes »), la permanence du conflit israélo-palestinien, la propagation en Europe des thèses islamistes depuis le conflit en Syrie. Dans ce contexte, les Etats apparaissent comme paralysés, et les sociétés multiculturelles comme la nôtre se raidissent et cherchent des boucs émissaires. Certes, en France, les Juifs ne sont pas la première cible du racisme ( les Roms, les Maghrébins et les Noirs d’Afrique sont les premiers visés d’après les sondages d’opinion). Mais en ce qui concerne l’antisémitisme, les chiffres sont parlants : depuis 2012, 40% des violences racistes sont des violences antisémites, contre des biens et des personnes qui représentent moins d’1% de la population française, une communauté estimée à 550 000 personnes. (chiffres des violences établis par le ministère de l’Intérieur repris par la SPCJ dans son rapport de 2013, enquête Fondapol 2014). Et en même temps, d’après les mêmes enquêtes, les préjugés antisémites semblent avoir reculé dans l’opinion française prise dans sa globalité.
Dans un premier temps je vais évoquer quelques faits antisémites parmi les plus marquants depuis 2012, dans un autre article je proposerai quelques pistes pour analyser cette situation.

2006
Janvier-Février : séquestration et assassinat d’Ilan Halimi. Les juges retiennent les circonstances aggravantes d’antisémitisme.

2012
Mars : quatre personnes juives assassinées à l’école Ozar HaTorah de Toulouse. S’ensuivent 90 actes antisémites en 10 jours.
Avril : le député UMP Lionnel Luca traite le ministre Martin Hirsch (supposé d’origine juive) de « Judas ».
Septembre : à Sarcelles (95), dans un magasin casher, des explosifs blessent un client. S’ensuivront 28 actes antisémites en 8 jours.
En 2012, on dénombre 614 actes dont 25% sont commis avec une arme.

2013
Février : un élève de l’école Ozar HaTorah de Toulouse est attaqué par une femme armée d’un couteau.
Mars : nombreux tags à Metz, « quenelles » dans les rues de Toulouse.
Avril : tentative d’homicide au cutter contre un rabbin et son fils : le père est opéré en urgence, le fils est blessé.
Une pièce de théâtre à relents antisémites est jouée par des étudiants à l’Université de La Rochelle. Michel Goldberg, professeur en biochimie qui a le même patronyme qu’un personnage de la pièce, représenté en banquier véreux, alerte le Président de l’Université, ses collègues et le syndicat du Snes-Sup. Il est isolé, on le rabroue au nom de la liberté d’expression. Il dépose une plainte contre l’Université, est exclu de son syndicat. Il faudra que la ministre de tutelle, Geneviève Fioraso, intervienne pour faire annuler le spectacle et la tournée prévue.
Mai : impacts de balles retrouvés sur les murs de la synagogue de Garges-lès-Gonesse (95)
Juin : une femme portant une étoile de David est agressée sur l’île de St Pierre
Septembre : des lycéens attaquent au couteau un autre lycéen parce que juif, à Paris 16è
Dieudonné lance sur internet le geste de la « quenelle » qui se propage rapidement. Ce geste est jugé antisémite, surtout quand il est effectué devant des synagogues. Le footballeur Anelka est suspendu puis condamné pour l’avoir effectué à la fin d’un match.
Novembre : Dieudonné condamné pour sa chanson antisémite « Shoah nanas »
Décembre : propos antisémites contre Patrick Cohen et d’autres personnalités dans le spectacle de Dieudonné « Le mur »
Cinq livres jugés antisémites publiés par Kontre Kulture (éditions d’Alain Soral) sont interdits par la Justice.
En 2013 on dénombre 423 actes antisémites. Des peines ont été prononcées (amendes de 200 à 1500 Euros et peines de prison fermes avec mandat de dépôt pour les violences).

2014
Janvier : le spectacle en tournée de Dieudonné « le mur » est interdit par avance par plusieurs maires de grandes villes; le Conseil d’Etat, saisi par le premier ministre M.Valls, entérine ces interdictions le 10 janvier.
26 janvier : défilé du Collectif Jour de colère contre le gouvernement Hollande mais qui dégénère en slogans antisémites comme ‘Juif, la France n’est plus à toi ».
Juin : J.M.Le Pen profère dans une video postée sur le site du FN des propos antisémites contre le chanteur P.Bruel.
Juillet : lors de manifestations contre la guerre à Gaza, en particulier lors de celles qui sont interdites à Paris, des propos antisémites violents sont entendus. A Sarcelles (95) des groupes mettent à sac des commerces casher et une pharmacie, dont la propriétaire est juive, est incendiée. La synagogue également est attaquée. Lors du reportage de Complément d’enquête (émission de France 2) consacré aux évènements de Sarcelles, plusieurs personnes interrogées déclarent ouvertement leur volonté de « tuer des Juifs ».
Septembre : le polémiste E.Zemmour déclare sur plusieurs medias que « Pétain a sauvé des juifs français en livrant les juifs étrangers aux Allemands » : la confusion entretenue par cette phrase dénote une réhabilitation du gouvernement de Vichy.
Novembre : dans la nuit du 9 au 10 (anniversaire de la Nuit de cristal en Allemagne, 1938), des groupes néo-nazis recouvrent une grande partie des murs, vélibs et véhicules du boulevard Raspail à Paris d’inscriptions antisémites.
Décembre : un homme de 70 ans puis un jeune couple sont sauvagement agressés par trois individus à Créteil (94) dans leur appartement, au prétexte qu’ils sont  » juifs donc riches ». Une affaire qui rappelle l’assassinat d’Ilan Halimi en 2006.

2015
9 janvier : attentat contre une épicerie casher, Porte de Vincennes, par un terroriste djihadiste : quatre victimes juives et des blessés.

De nombreux sites ouvertement antisémites et négationnistes existent sur internet , ce qu’on nomme aujourd’hui « fachosphère »(extrême droite) et « dieudosphère » (Dieudonné, Soral…)
Fondapol et la SPCJ dénombrent 527 actes antisémites de janvier à juillet 2014, soit une augmentation moyenne de 91% (de 126% pour les violences et de 79% pour les menaces) par rapport à la même période en 2013 (276 actes).

Références :
Site mémorial98
Think tank Fondapol, enquête
Commission nationale consultative des droits de l’homme
SPCJ Service de protection de la communauté juive

Ce contenu a été publié dans antisémitisme-racismes, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *