Réglement du conflit israélo-palestinien : espoir pas mort ?

L’observation des guerres au Proche Orient, de la montée des fanatismes religieux, de la situation intérieure israélienne, de l’affaiblissement constant des forces de paix, éloigne toujours davantage la perspective d’un règlement du conflit israélo-palestinien et nous laisse souvent découragées. Aussi faut-il saluer les initiatives de ceux qui ne renoncent pas et qui, contre vents et marées, se révoltent contre cette situation.

tair1Le mouvement des jeunes israéliens qui refusent l’armée perdure et se renouvelle chaque année malgré les peines d’emprisonnement et la marginalisation sociale que cela implique.  Il se structure même : le mouvement des objecteurs « Mesarvot » rassemble maintenant toutes les lettres, pétitions, entreprises, actions et objecteurs des dernières années afin de faire œuvre commune. En 2016, la jeune Tair Kaminer, 19 ans a expliqué les raisons de son refus dans une belle lettre publiée par Gush Shalom et traduite sur Médiapart . Cette objection de conscience lui a valu 6 mois de prison.
Ces résistances courageuses restent cependant très minoritaires et perçues comme venant d’étudiants politisés radicaux « gauchistes ».

Ce n’est pas le cas du mouvement Women Wage Peace, WWP (Femmes pour la paix) qui se veut « non politique »  et qui, actuellement, fait descendre dans les rues de Jérusalem des milliers de femmes.
wwpmarcheLe mouvement a organisé une « Marche de l’Espoir » en Israël du 4 au 19 octobre, pour « empêcher la prochaine guerre et conduire à la résolution non violente du conflit, respectable et acceptable pour les deux côtés – israéliens et palestiniens, dans les quatre ans ».
Des milliers de femmes habillées de blanc ont pris part à cette marche de 15 jours – soit au total 200 km à parcourir, à raison de 5 à 10 km par jour aux quatre coins du pays. Des membres de la Knesset, des élus locaux, des artistes, des écrivains, des Palestiniennes march-tel-aviv des Jordaniennes s’y sont associés (des images vidéo sur youtube).
Cette mobilisation s’est terminée par un grand rassemblement devant la résidence de Benjamin Netanyahou à Jérusalem.

Et après ? elles ne baissent pas les bras ! . Du 25 au 31 octobre, deux femmes habillées de blanc, remplacées toutes les heures, se tiendront devant la résidence de Netanyahou avec une pancarte exigeant un accord politique. Le 31 octobre, elles prévoient d’en partir pour manifester devant la Knesset et de répéter cette opération avec 120 membres des Women Wage Peace à chaque session pleinière de la Knesset…

Lancée en août  2014, cette organisation réunit en 2016 plus de 20 000 Israéliennes, sans distinction d’origine, de religion ou de parti. Ces femmes engagées pour la paix déclarent : « La paix n’est pas une utopie; c’est le nécessaire fondement de la vie des deux peuples dans ce lieu, dans la sécurité et la liberté. …. Nous voulons que l’option d’une résolution politique soit la priorité de l’agenda public, car c’est la seule issue qui permet la vie et l’espoir. Une nouvelle et différente réalité au Moyen-Orient est possible, et nous devons lutter pour elle ».
JCall France a organisé le 17 octobre une soirée de soutien à cette initiative,

A signaler aussi la campagne SISO (Sauver Israël, Stopper l’Occupation). Cette campagne, lancée par l’universitaire Daniel Bar Tal, cherche à mobiliser les ONG pour la Paix et les personnalités hostiles à la poursuite de l’occupation. SISO a déjà le soutien du « Forum des ONG pour la Paix » qui regroupe une centaine d’organisations.
Une pétition, appelant ceux qui s’inscrivent dans l’histoire juive à soutenir cette campagne, peut être signée sur le site de JCall

Les plus pessimistes verront dans ces mouvements des expressions inoffensives de bonne conscience, ils ont tort. Des paroles de justice et de vérité élaborées collectivement, portées par des hommes et des femmes qui se sont liés et construits dans cette résistance, peuvent ouvrir une brèche dans les événements prévisibles, sans doute moins par la rationalité d’un discours que par l ‘exemple contagieux d’autres relations humaines possibles. La société israélienne peut réserver des surprises.

……..

Références
Israeli Conscientious Objector Sentenced to Sixth Term in Military Lock-up
Haaretz, Gili Cohen, Jun 20, 2016

En Israël, le combat des femmes pour la paix
Le Monde, 20.10.2016, Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant)

 

 

Ce contenu a été publié dans Israël-Palestine, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *